Bérénice, suite et fin.

"Bérénice" de Racine - Salut Martine

Théâtre
- lundi 18 décembre > 18:30
suivi à 21:00 de "Tite et Bérénice" de Corneille

Je réserve

Un ou deux spectacles selon votre envie
et la possibilité de grignoter sur place

 

Le metteur en scène Vincent Menjou-Cortès réalise le pari fou de faire dialoguer deux monstres du répertoire classique : Racine et Corneille.
Au coeur de sa démarche, la passion pour la beauté de la langue des deux poètes, portée par l’alexandrin. Les deux oeuvres, mises pour la première fois en perspective, se font écho et composent un diptyque ambitieux mettant en abîme cette tragédie des amours impossibles de l’empereur de Rome, Titus, et de Bérénice reine d’Égypte.
Bérénice de Racine et Tite et Bérénice de Corneille. Si le projet semble relever de la gageure, il ne manque pas de sens. Les deux pièces ont été créées à huit jours d’intervalle, en novembre 1670 par deux troupes concurrentes, les comédiens de l’Hôtel de Bourgogne et la troupe du Palais Royal de Molière.
Où finit Bérénice commence Tite et Bérénice qui est la suite historique, politique et sentimentale de la pièce de Racine. Corneille a placé le début de son action six mois après la séparation des deux amants qui clôture la pièce de Racine.
La mise en scène est à la fois très inventive et décalée. Avec Bérénice, le public est souvent au plus proche du jeu, qui donne à entendre avec une grande clarté la langue et la beauté des alexandrins, mettant en lumière la complexité de cette relation amoureuse contrariée. L’utilisation de micros amplifie la perception des enjeux, entre confidence chuchotée et rages… Tite et Bérénice s’ouvre par une scène passionnelle torride. Puis un huis clos plus intimiste sur le plateau, tragique et dense, donne un éclairage tout particulier à la tragédie.

 

mise en scène Vincent Menjou- Cortès | assistant mise en scène Timothée Lerolle | distribution Mario Bastelica, Grégoire Baujat, Antoine Kahan, Vincent Menjou- Cortès, Amélie Porteu de la Morandière, Julie Roux et avec la participation de Frédéric Almaviva | scénographie Vincent Menjou-Cortès, Fanny Laplane | lumières Guillaume Gibelin | son Lucas Lemoine | vidéomapping Claire Allante | musique Guilhem Toulmond-Marc

 

Durée : 2 h chaque pièce
30 min d’entracte

 

Production Salut Martine. Coproduction Scène nationale du Sud-Aquitain |’Office Artistique de la Région Aquitaine, le Théâtre Georges Leygues de Villeneuve-sur-Lot. Avec l’aide à la résidence du Théâtre de Lorient – Centre Dramatique National et du Centquatre- Paris. Avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication (DRAC Aquitaine – Limousin – Poitou-Charentes), du Conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques et des Villes de Bayonne et Boucau. Avec la participation artistique de l’ENSATT.

En coréalisation avec

©Pierre Jeannneau

 

Site de la compagnie : http://www.salutmartine.com/